Navigation Menu+

Mémoire collective…

AU COMMENCEMENT ÉTAIT LE VERBE…

On utilise sa puissance que pour dissoudre…le mystère.

separator

 

Du premier matin du monde à ce jour, la fusion du masculin (neutron) au féminin (proton) sert de clé pour ouvrir l’encyclopédie de l’existence en éclipsant l’avenir du mystère. Depuis qu’un fragment d’unité cosmique de la sexénergie du titanesque BIG BANG universel a enfanté d’un monde de galaxies engendrant la planète terre pour fécondée (20) l’œuf solaire de l’homme, on perçoit cette expérience analogue dans l’éruption liquide de celui-ci.

Le phénomèneCe phénomène qui a donné naissance aux planètes comme à l’homme, prenant corps avec un tronc, une tête, (21) une intelligence en évolution d’expériences, de sentiments et de sensations depuis le premier âge, peut rétablir l’équilibre (22) entre les forces du passé et celles de l’avenir pour éviter de se lassé de tout, sauf d’apprendre sur la quintessence de l’Unique.

 

Voici celui qui est ton père…

DIEU…!

separator

 

Le fait qu’on soit vivant, n’est peut-être qu’une excentricité extrême dans l’océan d’événements moléculaires de l’univers mais si grande dans l’infime, son origine tend à se dissimuler là où l’ingéniosité de la loi naturelle fait sienne. Cette structure identique qui renferme l’équation des mystères biographiques de tout organisme vivant, se manifeste quand grand monde jouisse en la frôlant. Entrevoir dans le va et vient des atomes, (23) l’existence comme l’éjaculation de ce que l’homme nomme « DIEU » et du système solaire aux particules, découvrir que rien n’existe aussi gigantesque ou minime soit-il en dehors du sperme de l’homme ou de l’univers et saisir que téléscopiquement comme microscopiquement, ce principe universel se rejoint à l’intérieur comme à l’extérieure de toute chose ou de rien, n’est rien d’autre que l’énigme à résoudre. De la couleur des yeux à ce qu’ils peuvent voir, tout est enregistré sur la synthèse de toute vie dans les spermatozoïdes (24) car la frontière de l’espace interne de l’homme à (25) l’espace externe de l’univers qui nous fait passer de notre vie à cette vie et de cette vie à notre vie, n’existe que pour nous révéler l’identité de ce grand « TOUT »!

separator

 

— Ouais …si je saisi bien, si je comprends bien, le fameux BIG BANG n’est rien d’autre que l’éjaculation de DIEU, de l’UNIQUE ou si t’aime mieux, de cette intelligence surnaturelle que l’on nomme ainsi?

— Voilà…c’est aussi simple que ça!

— Wow…un instant. J’espère que tu peux, comment dire….l’expliquer?

— Bien sûr. De la voie lactée aux constellations, du mouvement des planètes à la radiation mystérieuse des quasars, l’univers entier s’incarne dans cette béance qu’est la source du cosmos où le sperme solaire explose dans cette cicatrice de l’entre cuise universelle, qui donne la vie à ces quelques centimètres de chair, de sang et d’eau. C’est le ST-GRAAL du monde!

— Simple…? Bordel…, je n’y comprends RIENnnn…..!

— Je te réaffirme que c’est simple! Tu n’as jamais fait l’amour?

— Bien sûr que oui, voyons…!

— Alors c’est une simple histoire d’amour. Ce qui se passe en haut, se passe en bas et lorsque tu regardes par une belle soirée cette pluie d’étoiles dans ce ciel rempli d’érotisme, de romantisme qui te provoque la passion du rut animal que tu connais, il est ardu de t’imaginé qu’il y a un autre plan, une dimension autre qui supplante tes envies sexuels. Ce que tu oublies c’est que l’amour véritable est plus que ça, beaucoup plus que ce que tu peux le concevoir car c’est le moment où tu te rapproches le plus de Dieu.

— J’ais toujours cru que Dieu est le véritable amour mais…?

— Tu es incapable de le voir pratiquer une autre forme de relation comme le TANTRA (26)?

— Le tantra…c’est quoi ça?

— Dans l’introduction, si tu apprends à le décoder, tu découvriras la relation sexuelle sacrée, la fusion spirituelle, l’explosion qui crée l’énergie de se multiplier tout en ne faisant QU’UN.

— Ah ça je connais. J’ais déjà expérimenter l’amour si intensément que j’ais eu la sensation de ne faire qu’un avec ma (mon) partenaire.

— Vraiment…? Lequel (27)…? Toi…? ELLE…? LUI…? L’autre…? Lequel…? C’est beau, c’est poétique faire l’amour et ne faire qu’UN mais c’est faux s’il ne porte pas de NOM…!

— Quel nom veux-tu qu’il porte?

— Moi, je l’ignore, c’est à vous de donner le nom à votre enfant parce que faire UN en faisant l’amour, ce n’est ni de toi ni d’elle (lui) qu’il s’agit mais de l’AUTRE. Vous engendrez le souffle d’une nouvelle vie, d’une nouvelle personnalité, d’une nouvelle possibilité évolutive de vous –même. Faire UN crée la vie comme il est exposé dans l’introduction!

— J’avoue que je n’avais pas vu cela ainsi. En vérité, je croyais me dédoubler et je suis un peu déçu de saisir qu’il ne s’agit aucunement de moi-même. Pourtant à bien y penser, ce que tu affirmes est plutôt sensé, voir même simple et…naturel!

— Je me tues à te dire que c’est simple mais cela s’étend beaucoup plus loin que le plan physique.

— Ah ouais! Jusqu’où…?

— Jusqu’au divin voyons! Examine la nature et l’histoire de la relation sexuelle et tu découvriras celui que l’on nomme DIEU!

— Tu prétends découvrir l’origine de DIEU et son futur, seulement en étudiant la relation sexuelle?

— Quel futur…? HEIN…oublie le charlatanisme. Il n’est nulle question de lire le destin de personne ici et encore moins d’en faire une romance. Même si notre vie est comme un roman et que quelque fois, par curiosité, nous sommes tentés de tourner quelques pages pour connaître notre futur, on n’y découvre que du blanc. La vie s’écrit d’instant en instant présent et moi-même j’ignore quel avenir approche par derrière mais, je peux reconnaitre le passé qui se déploie devant moi, me dévoilant tout les expériences qui ont étés vécues jusqu’ici pour me servir.

— Mais, tu dis que la nature de la relation sexuelle nous dévoile l’identité de Dieu…?

— Exactement. Tu dois déjà savoir qu’une femme (idée) qui ne prend pas appui sur l’homme (action), demeure stérile comme un homme sans femme, l’est tout autant car l’action (homme), non soumis à l’idée (femme) reste infertile. Tu dois savoir aussi que la semence physique de l’homme enfante la femme qui accouche matériellement d’un enfant mais ce que tu ignores, c’est que cela n’est pas sans que la femme lui transmettre subtilement sa propre semence spirituelle pour qu’il accouche lui aussi, que ce soit d’une idée, d’une inspiration, d’une création qui comble les besoins de celle-ci (28), constatant plus tard pour l’homme, qu’il a les mêmes besoins mais qui les ignorent. Les deux accouchent, soit sur le plan physique ou spirituel, voilà pourquoi, la spiritualité voit dans l’homme, une femme (idée) et dans la femme, un homme (action) et toute vie existe grâce à ce principe fusionnel. L’homme sans femme n’est RIEN de même que la femme sans homme n’est RIEN, elle aussi. Cela devrait t’aider à décrypter le préambule pour discerner que Dieu n’est ni un homme, ni une femme mais une fusion de ces deux grandes énergies, de ces deux grands principes. Ce mystère est si simple qu’on peut le reconnaître lorsque l’on observe l’explosion des spermatozoïdes en jouissance heureuse en route pour fertiliser l’ovule féminin (29). Examine bien les ovaires et tu verras qu’ils sont destinés qu’à marier l’œuf et le sperme (30), dans la seule Église digne de ce nom qui est conçu que pour féconder cette nouvelle vie et la mettre au monde. Aussi, tu peux remarquer que l’utérus (31) est l’unique Cathédrale qui engendre ce seul miracle qu’est l’être vivant avec ces deux yeux, ces deux oreilles, sa bouche, ces doigts avec ces ongles au bon endroit comme tout le reste d’ailleurs en surpassant notre conscience humaine par son évidente originalité.

— Seigneur…, moi qui me suis soumis à tellement de conventions religieuses pour connaître ce Dieu qui règne, je ne sais où, à grands coups d’oraisons et de prières (32) en invoquant en vain son nom pour résoudre le secret de son identité, … sans le moindre résultat!

— Tu dois être surpris de voir qu’on a nul besoin de se soumettre à quoi que se soit!

— Oui mais, où chercher…?

— Quand on contemple notre progéniture en la baptisant d’affection (33), celui du monde psychique et spirituelle nous apparaissent tout aussi naturelles et sont enregistrés dans cette semence qui renferme l’équation sur la synthèse de la mémoire collective sur tout les plans. Observer (34) son enfant, cette version améliorée de soi-même, permet de se multiplier par l’élargissement de notre conscience en sortant de son petit moi limité pour entrer dans l’immense communauté des êtres qui nous entourent pour s’apercevoir que la planète terre, n’est rien d’autre que la mère qui a enfantée l’homme. Son utérus est justement la mer (35) et comme un enfant, l’homme y a prit tranquillement sa première forme et tout en évoluant pour sa survie, s’est adapté tranquillement à la terre (36I) (36IIa) (36IIb)

— Ouais…cela donne un certain sens à notre première apparition sur terre car, j’ais déjà découvert que notre corps est composé au trois-quarts d’eau avec le même taux de sel que la mer. C’est peut-être pour cela qu’il est si plaisant de plonger dans le ventre de la terre. On s’y identifie comme dans celui de notre mère où on y retrouve nos gènes, nos racines, notre sein maternel et notre origine.

— Merveilleux, tu as fait tes propres recherches et je t’en félicite en t’encourageant d’approfondir davantage.

— Merci. J’ais déjà aussi décelé que le subconscient semble enregistrer tous les éléments psychiques, physiques, émotionnels et sensoriels et, la question qui me vient souvent à l’esprit c’est, lorsque nous ressentons du déjà vu, du déjà fait, du déjà vécu au fil de notre vie, le risque de céder à la fabulation de la réincarnation, nous menace-t-il?

— Évidemment. Dans cette répétition éternelle d’instant présent, tout y est enregistré et il est normal pour l’homme, de confondre autour, avec alentour. Pourtant, la réincarnation (37) existe vraiment mais seulement dans la perspective d’une nouvelle vie ici bas, MAINTENANT, avec ouverture d’esprit pour libérer l’essence naturelle de l’être, sans succomber à la mythologie.

— Voilà donc pourquoi, il est si important de se référer à l’expérience de la mémoire collective pour se protéger dans l’escalier (38) évolutive?

— Exactement! Enfin, tu commences à comprendre que c’est en descendant l’escalier de l’esprit qu’on va au fond des choses pour découvrir un pur concept désirant rejoindre cette heure où le passé touche l’extrémité de l’avenir. Les enfants, qui sont certes la continuité des parents, fournissent par ce fait même, la preuve vivante de la pérennité de leurs propres gènes.

— En arrive-t-on à y découvrir une nouvelle vérité, une nouvelle race?

— Au contraire, le chaos des âges sombres où la suprématie de la soit dite race blanche qui a noirci l’être, est dépassé aujourd’hui et n’a plus aucun fondement pour prouver qu’une nouvelle approche ou même que la couleur de la peau, représente une nouvelle race.

— Alors où se renseigner pour accéder à cette nouvelle conscience?

— Dors-tu…? Réveille, depuis le début, je te fais allusion à l’enfant-lien!

— Quoi…veux… veux-tu insinuer qu’un simple enfant ouvre l’esprit…?

— ET COMMENT! Plus que cela même puisqu’il est le fruit de la fusion des deux sexes. C’est même avec ce regard nouveau qu’on doit l’approfondir pour comprendre que la puérile théorie d’une différence entre l’homme et la femme, est dénoncée aussi en spiritualité qui n’en voit qu’une unité (39) malgré leurs apparences.

— La philosophie ne fait-elle pas référence d’une différence entre un homme et une femme.

— Quelque fois dans leurs intentions comme dans leurs implications, peut-être.

— Exemple…?

— Amoureusement, la plupart des hommes aiment pour baiser et la plupart des femmes baisent pour être aimé. Spirituellement, la femme est l’essence même de l’homme, voilà pourquoi, émotionnellement, aucun homme n’est assez fort pour qu’une femme ne puisse l’affaiblir mais, en contrebalance aucun homme n’est jamais assez faible pour qu’une femme ne puisse le fortifier

— Ouais, après de nombreuses ruptures, j’admets qu’il y a un peu du vrai dans ce que tu dis.

— Tu peux même en conclure que l’énergie qui fait avancer ou paralyser l’homme est sûrement la femme sinon pourquoi la nature l’aurait créé si belle (40) et pourquoi, prendra-t-elle si soin de sa beauté?

— Dans mes recherches, plusieurs religions voient la femme représenter le sexe faible. D’ailleurs, pratiquement toutes les religions barbotent dans le culte de MITHRA où il est dit que l’homme a été créé à l’image de Dieu et que l’apparence des petits garçons est féminine parce qu’il est incomplet et aussi que la femme ressemble à un mâle infertile car elle n’est que la réplique imparfaite de l’homme. Il est dit aussi qu….

— FOUTAISE! C’est sûr qu’en grammaire le masculin a toujours priorité sur le féminin et lorsqu’on dit l’homme est à l’image de DIEU, c’est du principe fusionnel (masculin-féminin) qu’il est question, donc, cela inclus autant la femme que l’homme. Admettons que plusieurs religieux, obscurcis par leurs prestigieux orgueils de la suprématie de l’homme, ont démontrés leurs visions primaires en prouvant de ce fait, leurs piètres évolutions qui les ont confondus assez pour qu’ils en oublient l’aspect spirituel.

— Ca, moi-même j’ais bien compris que la religion a vu cela autrement.

— Remarque que l’esprit religieux est noble mais c’est les directeurs religieux qui sont questionnables. La pluparts sont aveuglés par la soif du pouvoir et n’ont jamais su comprendre la désertion de la femme à toute forme de réunions hiérarchiques religieuses. Voilà pourquoi, plusieurs pontifes, coiffés de leurs tiares de prestige, ont eu l’audace de se ridiculiser sur le podium de l’allégorie parabolique mystique, pour maîtriser leurs fidèles. Ces hommes stériles à robes d’apparats, obsédés par leurs dictatures, sont non conçus pour comprendre l’essentiel de la nature de la femme occupée à la survie de l’existence existentielle de l’humanité et c’est à se demander s’ils ont déjà oubliés qui les a portés, nourris, enfantés en ignorant la fécondité et même le nom de leurs propres MÈRES?

— Ouais…Lorsqu’on veut gouverner, on croit bien ce qu’on veut bien croire et on ignore un véridique proverbe qui dit que derrière tout grand homme, se cache une (41) sinon plusieurs femmes et même derrière tout clochard, s’en cache au moins une.

— BRAVO! Tes recherches sont plus fructueuses que je le pensais et ta conscience …aussi!

— En vérité, j’étais déjà au courant. Alors, pour le sexe faible, on repassera!

— Certainement car en spiritualité, on a compris cela depuis fort longtemps et c’est la raison qu’en art, en science, la femme a toujours le premier plan. Remarque, le principe de l’électricité est basé sur ce modèle et sa technologie a imaginé tous les appareils comme masculin et l’énergie qui les fait fonctionnés comme féminin et c’est pourquoi, lorsqu’on veut s’en servir, on branche l’appareil en se servant de l’élément mâle (pénis) en l’insérant dans une prise de courant femelle (vagin), comme dans une relation sexuelle.

— J’espère qu’ici, tu ne fais pas allusion à la spiritualité religieuse…? Hi…! Hi…!

— Moqueur. Restons sérieux un peu veux-tu! Sais-tu que la science a déjà cette nouvelle vision pour voir en tout homme, le représentant de l’esprit cosmique et en toute femme, l’âme qui le fertilise? C’est l’étude de la race humaine qui a engendré la découverte de la technologie qui intéresse la plupart des êtres et quand la science et la spiritualité s’associent ensemble, tout est possible.

— J’ais déjà remarqué que la science n’est pas sans spiritualité et que la spiritualité, n’est pas sans science.

— C’est de cette spiritualité-là dont je te parle. Plus la connaissance de l’homme avance, plus la science évolue et simplement en se fusionnant, la science et la spiritualité ne cesse de fabriquer pour leurs commodités, divertissements ou enrichissements, des appareils que la vie même a adaptée en l’être humain pour explorer son monde de l’âme et de l’esprit. Si les techniciens aujourd’hui ont pu arriver à ce point de développement que l’on constate aujourd’hui, c’est qu’ils ont su observés dans le plan physique, psychique et spirituel, ces mêmes mécanismes.

— Auraient-ils pu le découvrir autrement?

— Aucune étude n’aurait suffi à les amener à faire de pareilles découvertes, s’ils n’auraient su s’étudier auparavant pour reproduire matériellement ces mêmes modèles. La photographie par exemple, n’est rien d’autre qu’un aboutissement de l’histoire de l’œil (42). La même structure se retrouve pour le téléphone (télépathie), radio, radar (radiesthésie), sonar (synesthésie) et même cet ordinateur (cerveau) avec lequel on soulève ce précepte. La mécanique quantique (quantum, quanta) cette mano-machine qui peut nettoyer un corps vieillissant est déjà en route comme tous les futurs instruments à venir (cathodique, dynamisme, théosophie, etc…) existent déjà en l’homme et n’attendre que l’occasion de se faire découvrir. Notre expérience humaine poursuit ce que nos yeux ne peuvent atteindre car l’essentiel est invisible même si il est très bien senti.

— Ouais ben…moi qui pensais connaître le prix de tout, je m’aperçois que je ne connais la valeur de rien. Un aveu qui n’est rien de facile pour moi. HUMILITÉ, humilité, vient à mon secours….

— Ne t’inquiètes pas, tu es en bonne voie….!

À SUIVRE….
Introduction et préface de l’empirisme.