Navigation Menu+

Le courage

Le courage
de changer les choses que je peux…
((Ref:)) « 6-7-8-9 …ième étapes »

Depuis le début….,
ma vie me demandait ce que je faisais avec elle…!

Avant d’arriver au terminus, la larme de l’inquiétude à l’œil, sans que le présent m’échappe, je fixe du regard un passé à oublier qui me dévoile des mots que je me dissimulais, pour mon futur. J’ai vécu une vie pleine d’occasions perdues à chercher chez l’autre depuis ma naissance, l’amour raté qui rêvait d’avenir sans le courage de le vivre en protégeant par un rempart de mensonges, cette rancune tenace qui m’a presque assassinée. Rampant d’heure en heure vers une mort stérile, gardant mes secrets sur la crainte d’une menace d’échec que j’entretenais en vivant trop longtemps avec mon cadavre, sans le courage de l’enterrer, j’attendais la mort comme délivrance. Pourtant, j’essayais d’oublier cette alchimie du verbe de la honte qui pesait sur moi…, sans réussir, car souvent, replié sur moi-même, muet, contemplant en songe mon ancienne vie, cette culpabilité me faisait perdre ce que je pouvais gagner.

Mon imagination m’a bien fait souffrir…mais,
ma réalité était bien moins cruelle…!

Toutefois, cette souffrance qui m’a jeter dans un tel pétrin, n’existait que pour me révéler des vérités beaucoup plus simples pour vivre la vie qui m’était destinée. Mes larmes n’étaient que des mots que je n’osais jamais me dire pour toucher du doigt l’innocence du premier jour de ma création quand, Dieu habitait toujours mon corps de chair. Aucune puissance humaine ne pouvait me libérer de mes dépendances, seule l’évolution spirituelle pourrait m’attribuer un sursis et par un agenouillement, j’ai demandé avec humilité à cette intelligence surnaturelle, l’énergie nécessaire pour renouer avec mon cosmos intérieur, me donnant le courage de tourner le dos aux foudres de ma peur pour mettre en silence, le pied dans les archives de mon passé et réaliser de ma vie…, UNE VIE UNIQUE. En tenant compte de l’évolution du monde et voir au-delà de ma propre vie et même au-delà de celle de mes propres enfants, je me suis fais un devoir de trouver le courage de vaincre ma propre mort en mourant avec plein de projets. En tirant une réussite de mon échec, j’ai saisi que les deux jour les plus importants de ma vie sont, le jour où je suis (somme) né et le jour où j’ai compris…pourquoi…! Le mépris de la mort…, NON…, ce qui va naitre….OUI…! Depuis, jamais je me suis senti seul lorsque j’ai garder ce rêve à poursuivre…!

Malheur, enfin, je te reconnait…
au silence que tu fais en me quittant…!

Le Chartier