Navigation Menu+

La Sérénité

La Sérénité…!

Mon Dieu, donne moi la sérénité d’accepter les choses que je ne puis changer…

((ref:)) « 1 -2 -4 -5… ième étapes »

((À lire en U de gauche à droite…
U, pour union avec soi-même…! ))

AYE…obsession…avec ton délire savant…,
combien de temps vas-tu encore essayer de me manipuler…?

Un bon matin de tristesse de lendemain de veille, de ma main embouteillée qui tremble encore, j’essaie en vain d’écrire mille excuses pour n’être responsable de rien, amplifiant l’erreur, que chez les autres. Pourtant, en ce jour d’obsession enivrante d’ivresse mélancolique de la honte, les vapeurs du remord grimpent le long de mes membres, impuissantes à justifier l’épuisement de ma pauvre chair, trop faible, pour résister aux effrois d’humiliation qui apparaissent sur le film de ma vie. Bouteille, j’ai succombé à ta séduction, ta suffisance, ton arrogance en m’emprisonnant dans ta réalité illusoire et même si tu semblais m’aider aux début à trouver mon âme dans la chambre de mon corps, en vérité, tu m’anesthésiais pour chercher par des alibis de mots, des excuses pour faire l’inventaire de mes propres torts en me gardant prisonnier de tes mensonges. Voir les heures, les jours, les ans déboulés rapidement à l’aide de tes artifices hallucinatoires se sont avéré d’aucune œuvre utile pour mon cœur chagriné où j’ai touché ma défaite complète, mon impuissance totale, mon bas fond parce que, ce passé que je pourrais jamais le changer…. mais… ATTENTION à toi car……

Outre le spiritueux, il existe aussi, le spirituel…! Clac…!

PUISSANCE SUPÉRIEURE…! Toi qui as su écouter le sang de ton enfant qui, de la terre, a crié au ciel une prière en ton nom, pour me consacrer ton aide en jetant au feu cette cassette qui n’en arrêtait plus de tourner dans ma tête et trouver la discipline nécessaire (femme) de rentrer en moi pour découvrir que le principal responsable de mes ennuis était…MOI-MÊME,…MERCI…! En t’avouant mes impuissances et mes déficiences, ce fut mon premier pas vers ma liberté et par ta grâce qui provient de l’étincelle de l’existence de ton pardon, tu m’as permis de mettre mon cœur à nu en jetant le voile sur les brûlures de mon passé, incendiant mes rancunes tenaces pour toucher une sérénité qui, par mon manque de foi en toi, frôlait ma souffrance. Pour garder cette grâce de rémission, tu me suggères d’observer l’intelligence de la nature qui partage son énergie à mon pauvre cœur, ce vieux complice, pour peindre à neuf tout ses anciens vices comme sacrifice, en trouvant son bonheur avec rien et, ses joies avec TOI…!

Bouteille tu m’as déjà volé mon passé…,
avec ma P. S., tu ne peux plus, me voler mon avenir…?
Clac…! Clac et ….Reclac…!

Le Chartier